Tanguy Viel, la littérature est un sport de combat

Nous recevons aujourd’hui le romancier Tanguy Viel à l’occasion de la parution de son nouveau roman, “La Fille qu’on appelle” aux Editions de Minuit. Dans une ville de l’ouest, Max Le Corre, ancien boxeur, travaille comme chauffeur pour le maire…

Tanguy Viel, la littérature est un sport de combat

Source

0
(0)

Nous recevons aujourd’hui le romancier Tanguy Viel à l’occasion de la parution de son nouveau roman, “La Fille qu’on appelle” aux Editions de Minuit.

Dans une ville de l’ouest, Max Le Corre, ancien boxeur, travaille comme chauffeur pour le maire de la ville, Quentin Le Bars, un politicien ambitieux. Lorsque Laura Le Corre, la fille de Max, revient s’installer près de son père, ce dernier demande un coup de main à son puissant patron pour lui trouver un logement.

Dans cette fable sombre aux allures de polar, Tanguy Viel interroge les rapports de pouvoir et l’aliénation des êtres.

0 / 5. 0